Emotions et yoga : Les textes du yoga parlent souvent du « champ de bataille émotionnel

« Mon âme est comme un orchestre caché ; je ne sais pas quels instruments vibrent et jouent en moi, cordes et harpes, timbales et tambourins. Je ne peux me connaître qu’en tant que symphonie. »
Le livre de l’intranquillité F. Pessoa

 

Chers amis du Yoga et d’ailleurs,

Le yoga présente un aspect « introspection viscérale » qui en fait un outil précieux pour décrypter notre état émotionnel. Le souffle court, les joues qui s’empourprent, ou le rythme cardiaque qui accélère…Cette musique de fond nous habite sans cesse. Or par la pratique régulière du yoga, par cette attention au corps, à ses réactions aux postures proposées, le son de chaque instrument corporel sera perçu plus finement, au-delà de la musique de la joie ou de la colère par exemple que nous reconnaissons assez vite.

Les textes du yoga parlent souvent du « champ de bataille émotionnel ». Si nous comprenons ce qui se joue, l’émotion est une grande richesse. Si nous nous laissons ballotter de toutes parts, nous serons submergés. Le corps vivant vécu de l’intérieur, le soma, est vu par le yogi comme le contenant des émotions, sensations, pensées et mouvements. Le corps et le psychisme interagissent en permanence, ainsi le travail corporel agira sur l’équilibre général.

L’éclairage apporté par les découvertes récentes des neuro-sciences et notamment celles d’Antonio Damassio donne un relief et une acuité particulière à des notions yogiques anciennes. La douleur ou le plaisir forment pour Damassio le soubassement de notre esprit, qui n’a pu se développer sans cette « machinerie » complexe. Les images mentales d’objets ou d’événements absorbent notre attention surchargée. Les processus mentaux ont leur fondement dans les encartages cérébraux du corps, c’est-à-dire dans les structures neurales représentant les réponses aux évènements qui causent émotions et sentiments. La connaissance de ces processus et leur mise à jour sera d’une grande aide pour la connaissance et l’intelligence de soi : accueillir, réguler, réorienter et équilibrer ces énergies.

Antonio Damassio a démontré que les émotions sont indispensables à la validité de nos raisonnements et estime même qu’elles sont à l’origine de la consience humaine et nous ont permis de survivre. Ces émotions primaires qui se sont petit à petit socialisées sont toujours présentes. Nous ne pouvons pas être conscients sans réaction émotionnelle à des objets, des situations extérieurs au cerveau enregistrées par le corps.

L’inquiétude force à regarder mieux les évènements, la colère pousse à agir, la trsitesse oblige à réfléchir, mais une réactivité émotionnelle excessive par rapport aux situations accentuera une anxiété généralisée et paralysante. Grâce à la dimension émotionnelle du yoga, la forêt primitive des états d’âme laissés dans leur état naturel sera transformée progressivement en un jardin intérieur dans lequel il fait bon se promener, sans aller jusqu’au « jardin à la française »!

« L’esprit n’est pas ce qui descend dans mon corps mais ce qui en émerge. »                                                                                       Maurice Merleau-Ponty

A très vite aux Batignolles,
Florence

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *