Folie ou Sagesse du YOGA ?

« Chaque année au mois de mars commence la plus étrange des migrations, trois mille fous de yoga s’envolent pour l’Inde retrouver leurs gourous à Rishikesh, entre Himalaya et Inde ». Sous le titre « La Folie Yoga », un article du 11/05/2013 d’Olivier Michel, sur le site http://sante.lefigaro.fr/, se fait l’écho du festival international de yoga qui se tient à Rishikesh tous les ans. Et en France ? Est-ce la folie Yoga ? Si c’est le cas, faisons l’éloge de cette folie. Car en cette période de désenchantement politique, cette folie-là est peut-être la voie de la sagesse.

Comment transformer et améliorer sereinement les rapports sociaux ? Dans nos sociétés occidentales hyper développées, la construction d’une société plus juste, plus conviviale, ne passe-t-elle pas tout d’abord par une transformation individuelle ? Les diverses utopies politiques n’ont pas vraiment donné de résultats probants. Le Yoga nous enseigne que si l’on veut changer le monde, il faut d’abord se changer soi-même, améliorer nos relations quotidiennes. Cultivons donc les valeurs humaines si nous souhaitons une société qui ne soit pas uniquement mercantile et tournée vers l’apologie de l’argent. Pensons à l’épanouissement de l’être humain avant tout, par la valorisation de l’éducation et du savoir-vivre, et en encourageant les diverses voies possibles du développement de la personne…Mais je n’ai pas vu dans les programmes politiques de projet sérieux de valorisation du bien-être individuel dans les indicateurs économiques. Comment mesurer la progression du taux de bien-être ?Un indice fiable de bonheur national brut est évidemment très difficile à mettre en place, et à suivre ! Il pourrait intégrer certes la croissance économique mais également la qualité de l’environnement, la santé des individus, du corps social et du système politique, le bien-être au travail…

Pour l’éveil du moi infini, c’est ce matin au bord du fleuve, pour la découverte du bonheur éternel, c’est cet après-midi au fond du parc, peut-on sur les divers panneaux à Rishikesh au bord du Gange.

Et pour une pratique yogique occidentale sincère et conviviale dans le 17ème c’est aux Batignolles, chez Viveka, entre mairie et église…
Rappel du thème du dernier atelier avant l’été : « LE LACHER-PRISE ET L’INEFFABLE» et si ça résiste, comment faire ou laisser-faire. Dimanche 2 Juin de 10 heures à 13 heures.

Dimanche 2 Juin 2013 de 10 heures à 13 heures :

« LE LACHER-PRISE ET L’INEFFABLE », et si ça résiste, comment faire ou laisser faire.

Le succès médiatique persistant de cette notion en ferait presque un remède magique pour dénouer toutes nos tensions, contradictions ou stress divers. Effectivement le YOGA est un cheminement vers le lâcher-prise, une pratique qui dénoue patiemment. On sent bien que nous avons besoin de lâcher, de détendre, alors que tout converge vers le « prendre », prendre la parole, prendre conscience, prendre en compte, prendre part, prendre le temps…

Expérimenter le lâcher-prise, différent du laisser-aller, apprendre à déstresser, laisser advenir…le travail sur le tapis nous apprend petit à petit à passer du « prendre » au « recevoir », tranquillement. Cet atelier a pour but de développer la réceptivité de chacun à ses propres sensations, afin de trouver les points de blocages personnels: on examinera de près les postures que l’on aime, celles que l’on ne supporte pas, et la vaste gamme de sensations intermédiaires. Pour les uns, les tensions vont plutôt se porter sur les épaules, pour d’autres sur les pieds, et cela va varier en fonction des moments. Comment cheminer pour abandonner les freins et habitudes qui s’inscrivent dans le corps et bloquent cette envie de détente. Inversement, comment relâcher efficacement ces muscles qui sont tétanisés et nous empêchent d’être totalement détendus et sereins. Tout un programme au menu de ce dimanche matin qui sera ancré dans la pratique et l’expérimentation.

En occident, le Yoga a parfois la réputation d’être « une pratique tranquille, une grande relaxation ». Or c’est une pratique qui demande de la volonté, de la persévérance et… un peu d’efforts. C’est à ces conditions que le lâcher-prise pourra advenir et que l’effort disparaîtra de lui-même. Une posture « parfaite » n’est pas une posture où l’on va toujours plus loin en faisant de plus en plus d’efforts. C’est une posture que le corps a assimilée et dans laquelle, avec aisance, on atteint un ineffable état de bien-être.

Atelier animé par Florence Schuster
Renseignements:06 29 57 10 23
Réservez maintenant : cliquez !

Tarif 50 euros ( imputation possible sur les cartes de 10 et 20 cours soit 42 ou 38 euros /atelier ). Abonnés 35 euros.