Posture Yoga du Guetteur : structure et légèreté

Par quel mystère des efforts physiques intenses, je prendrai l’exemple de la posture Yoga du guetteur, provoquent-ils une sensation de légèreté, un bien-être extraordinaire ?

posture yoga du guetteur

Cette posture yoga du guetteur, dans laquelle le corps, tel une planche, donne lieu à de nombreuses variantes, sur une jambe, en rotation…et participe de la riche famille des « appuis sur les bras ». Se soulever de terre à partir d’un appui des mains et des pieds, développe la force musculaire, des bras, des épaules, du dos, et la capacité respiratoire s’en trouve également accrue. Mais l’expérience montre que ces postures sont souvent mal-aimées, considérées comme très exigeantes, en tout cas aux débuts de la pratique.

Or ces postures de Yoga sont fondamentales :

  • La ceinture scapulaire, cet ensemble qui relie les membres supérieurs au thorax, est à la fois le siège de tensions aigües qui la bloque; l’anxiété aime à s’y loger, et dans le même temps, elle est insuffisamment musclée. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’elle soit en tension constante mais sans véritable force. La pratique du guetteur ira de pair avec la capacité de prendre la vie à-bras-le-corps, la capacité à agir,
  • Le ventre, souvent assez mou et relâché, sera sollicité afin de développer la force vitale logée en son centre.

Dans cette relation à la difficulté, le yoga prend tout son sens : les frontières assez ténues entre tonicité et crispation d’une part, et entre ramollissement et détente d’autre part, seront vécues intensément dans ce simple effort pour se soulever du sol dans une posture en place. C’est grâce à la vigilance, au discernement, à « Viveka » donc, que l’on saura doser l’effort juste pour ne pas être dans le volontarisme et la tension.
Quelle joie sur les visages lorsque l’on réussit à « décoller » du sol pour la première fois, cette victoire sur soi-même qui lance un puissant travail intérieur. Repousser le sol et ne plus subir la gravité influencera directement notre capacité à affronter les situations difficiles, et transformera les diverses velléités en volonté d’accomplir l’action juste.

On peut souligner ici que le principe de stabilisation du corps et donc du mental dans une posture « immobile », outre ses effets musculaires très intéressants en étirement et tonicité, est au cœur de la pratique. Une posture aboutie ne se limite pas à une position du corps, elle est position du souffle qui devient libre et ample et position du mental qui se met enfin au repos. Le Yoga part du corps, ce n’est que le début du chemin proposé.
La posture doit être ferme et confortable disent les textes, c’est assez simple sur le plan intellectuel, mais infini dans le domaine de l’expérimentation. La pratique juste, c’est celle dont on ressort, me semble-t-il, avec la sensation d’avoir équilibré tonicité et détente, et d’avoir engagé une dynamique constante qui va du corps au mental dans un va-et-vient libérateur.

Les voies qui conduisent au Yoga sont très diverses: recherche d’une pratique de mise en forme, ou parfois nécessité vitale de surmonter des traumatismes.

Le médecin urgentiste Patrick Pelloux, qui a découvert les bienfaits du Yoga dans la difficile période de reconstruction qu’il a eu à vivre après l’attentat de Charlie Hebdo, partage cette découverte qui va de la sensation de rouvrir parfois avec beaucoup de mal de « vieilles portes rouillées » lors de la pratique, à la sensation d’être entraîné dans des « bulles » de méditation, et de retrouver peu à peu la légèreté d’un esprit vif et reposé, délivré de ses divers traumatismes. J’ai déjà eu l’occasion l’année dernière de vous diffuser un petit texte qu’il a écrit sur ce sujet.
A l’occasion de la sortie récente de son livre « l’Instinct de Vie » il parle à nouveau de l’importance du Yoga pour lui, parmi les divers outils de sa reconstruction. Cette légèreté de l’esprit n’est pas du registre de l’oubli, mais permet une mise à distance, une intégration indispensable pour continuer à vivre.

« Le corps se dégrade comme se dissout un pot de terre crue jeté dans l’eau. Il est donc nécessaire de le passer au feu du Yoga, de le fortifier et de le purifier. » (Gheranda Samhita I8)

C’est le printemps, bientôt l’été, profitez-en pour prendre de bonnes résolutions et bénéficier des bienfaits du « feu du Yoga« , des cours hebdomadaires réguliers, et si possible un début de pratique personnelle notamment pendant les vacances et ne manquez pas de tester cette « Posture Yoga du guetteur ».

Nous fermerons la semaine prochaine, dimanche 9 avril après les cours et reprendrons  les cours de Yoga à partir du mardi 18 avril.

Bonne pratique,

A bientôt aux Batignolles,

Florence

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *